Tablette tactile

2019



Montage vidéo, 88 minutes.

Tablette tactile est un montage qui élabore un réseau de correspondances complexe entre un court fragment de Théorème de Pier Paolo Pasolini et différentes compositions religieuses de l’histoire de la peinture occidentale. Il revisite plusieurs poses de Terence Stamp et de Massimo Girotti (qui incarnent les personnages du Visiteur et de Paolo dans le film), regroupées dans un album de photographies en noir-et-blanc, par le prisme de différentes compositions de Descente de Croix, de Pietà et de Mise au Tombeau exécutées entre le 15e et le 19e siècle qui sont superposées aux clichés par effets de transparence.

Tout en inscrivant les photographies dans une forme de tradition représentative et de continuité par rapport aux compositions religieuses égrenées, Tablette tactile déploie une large palette de variations autour de thèmes apparentés. Le montage contribue ainsi à pointer la diversité et l’inventivité formelle des œuvres qui s’y succèdent malgré les contraintes et les codes qu’imposent la nature des sujets abordés.

Dans le processus même de défilement des références et des effets de surimpression opérés entre le fragment de film et les tableaux, le montage anime les figures suppliciées et les modèles captés par l’objectif de la photographe (Odetta, interprétée dans le film par Anne Wiazemsky, dont on aperçoit dans le montage les mains manipuler l’album et l’index s’attarder sur l’un des portraits du Visiteur). Il préside à différents effets de surgissement et d’incarnation, de disparition et d’effacement, de transformation et de mutation qui déclinent certains des thèmes à l’œuvre dans les différents tableaux présentés.

Dans le flux caressant des va-et-vient qui structurent le montage et le feuilletage des évocations picturales sur lesquelles il est élaboré, Tablette tactile s’écartèle dans une dualité qui oppose effroi et extase, pulsion de mort et de vie, trivialité du quotidien et merveilleux, voire entre tradition et modernité. En soulignant l’ambivalence à l’œuvre dans notre interprétation des images et la diversité des approches qui sont laissées à notre disposition pour les aborder, il traduit ce qui est susceptible de se créer dans l’esprit du spectateur dans le processus de l’analyse.

Le titre du montage et les modes d’apparition et de disparition des compositions picturales sollicitées proposent une référence directe aux modes tactiles d’accès aux images qu’ont imposés les évolutions technologiques de ces dernières années. Ils introduisent un cadre contemporain de perception qui implique plus directement le spectateur et brouille encore davantage la temporalité des images présentées pour en souligner la modernité.

Plus d'images




Lieux de présentation



Dans la même série


Copyright © 2016 Laurent Fiévet