Les Larmes de Lora

2007-2014



Le projet Les Larmes de Lora est né de l’envie de travailler autour d’un visage, celui de l’actrice américaine Gene Tierney et de son film le plus emblématique, Laura, classé aujourd’hui parmi les grands classiques du film noir. En référence à l’esthétique de l’œuvre, à la construction très particulière de son scénario et à la définition complexe du personnage que l’actrice y incarne, l’idée qui sous-tend la série a consisté à opérer une rencontre entre les images du film d’Otto Preminger et les mouvements cubiste et surréaliste, convoqués dans le traitement des images retravaillées au sein des installations.

Le projet se recentre plus particulièrement autour d’un tableau de Pablo Picasso de 1937, la version de La Femme qui pleure aujourd’hui conservée à la Tate Gallery de Londres. Modèle en creux (l’œuvre n’est jamais présentée dans les installations sur un mode explicite) mais incessamment convoqué dans les jeux de surimpressions que mettent en place les montages des installations (que ce soit dans les effets de composition imposés ou le choix des motifs retenus dans le film d’Otto Preminger), voire les dispositifs scénographiques mis en place, le tableau détermine à de nombreux niveaux l’esthétique de la série. Des œuvres associées à ces mouvements font également l’objet de références. Nu descendant un escalier de Marcel Duchamp préside notamment au montage de xy3 – Nu à la vitrine, l’installation qui inaugure la série. Le regard porté à la peinture demeure en ce sens constant pour engager un dialogue avec l’image en mouvement dans un effet de confrontation comparable à ceux que mettaient en place les précédentes séries de l’artiste (Suites hitchcockiennes, Épreuves du Temps et les plus récents Portraits olfactifs).

En référence au sujet du film d’Otto Preminger, à l’emprise légendaire que le metteur en scène exerçait sur ses actrices et au destin de Dora Maar qui a prêté ses traits à la figure de Picasso, voire dans une autre mesure à celui de Gene Tierney, le projet interroge plus spécifiquement le devenir du modèle face au créateur qui en redéfinit l’apparence. Il s’attarde sur le phénomène de mutation qui façonne le sujet en œuvre d’art dans un processus qui tout en le hissant à la lumière, en en faisant scintiller la surface, le fige et le plonge dans la nuit en le privant de certains aspects de sa personnalité et d’une part de sa liberté. Il est ici question d’un sacrifice (particulièrement sensible dans le cas d’une Dora Maar), voire d’un phénomène de vampirisation qui épuise le sujet pour n’en retenir que l’enveloppe diaphane. C’est aussi l’idée d’une mutation qui transforme l’individu en objet, voire en bien économique et culturel dans un mouvement qui fait fi des souffrances et des frustrations qu’il génère.

En regard à l’esthétique en noir-et-blanc qu’impose le film d’Otto Preminger, la série déploie une certaine catégorie de matériaux tels que le verre, le cristal et le miroir. Elles imposent dans ses dispositifs scénographique nombre d’effets de transparences et de réflexions, de jeux de déformation qui brouillent la lisibilité de l’image. Jouant sur les changements de rythmes qu’orchestrent les uns par rapport aux autres les montages, elles engagent des effets de rupture, mais aussi des jeux de miroitements qui, ne serait-ce qu’en référence au tableau de Picasso, incitent les installations à se répondre entre elles.

Elargie à cinq films interprétés par Gene Tierney (Laura, Where the Sidewalk ends et Whirlpool de Preminger, Dragonwyck et The Ghost and Mrs Muir de Mankiewicz), la série comprend actuellement une dizaine de montages ou installations.

Eclipse
(2014)

Sidewalk
(2011)

Marseille, Où - Lieu d’exposition pour l’art actuel

In Hell
(2009)

Marseille, Où - Lieu d’exposition pour l’art actuel

Lucy's Dream
(2009)

Split - photogramme

Split
(2009)

Paris, Galerie la Ferronnerie

xy3 - Nu à la vitrine
(2007)

Rain/Pain - photogramme

Rain/Pain
(2009)

Little Sheep - photogramme

Little Sheep
(2009)

Little Foxes - photogramme

Little Foxes
(2009)

Paris, Galerie la Ferronnerie

Ann's Dream
(2009)

Marseille, Où - Lieu d’exposition pour l’art actuel

Mark's Dream
(2009)

Whirlloop - photogramme

Whirlloop
(2009)

Copyright © 2016 Laurent Fiévet