Carlotta's way

2014




Montage vidéo, 1 heure 33 mn.

Carlotta’s way associe par effets de surimpression un court extrait de Vertigo d’Alfred Hitchcock, fortement ralenti et retravaillé par des jeux de va-et-vient, et une série de détails des Ménines de Diego Velazquez.

Le montage se divise en quatorze chapitres consacrés chacun à une partie du tableau sur laquelle se déploie, de manière plus ou moins développée, le passage filmique présenté tantôt dans le sens normal de déroulement de la projection, tantôt à rebours. Mettant en mouvement les motifs de la toile ou redéfinissant sa texture, ils engagent une série d’interactions complexes et toujours renouvelée entre les éléments filmiques et picturaux rassemblés. De nouvelles lectures des œuvres apparaissent ainsi proposées et certains éléments qui leur sont propres soulignés.

Si le titre du montage fait écho à un film de Brian de Palma qui proposa de nombreux retours sur l’œuvre d’Alfred Hitchcock, il introduit surtout une référence au personnage de Carlotta Valdes dont le portrait peint, qui n’est pas sans développer un certain nombre de correspondances avec la représentation de la ménine Doña Isabel de Velasco figurant debout sur la droite de l’Infante, joue un rôle déterminant dans le scénario de Vertigo. Présidant à de multiples rapprochements entre univers fictionnel et pictural au point de générer de nombreux effets de superpositions figuratives et temporelles, il invite en effet personnages et spectateurs à des approches comparatives similaires à celles que le montage provoque en combinant cinéma et peinture.

Conformément au statut du personnage dans le film d’Alfred Hitchcock, cette référence ne manque d’ailleurs pas de souligner les effets de contamination que l’œuvre de Velazquez entraîne sur l’esthétique de Vertigo, la propension de cette dernière à se nourrir de sa substance, voire celle du film à en incarner les différentes figures. Elle résume en ce sens le jeu d’interaction complexe qui est à l’œuvre dans le montage de Carlotta’s way et qui pointe le cheminement de notre regard dans le principe même de l’analyse.

L’œuvre d’une durée de 93 minutes peut être présentée indépendamment ou en association avec Returning’s Carlotta’s way qui en constitue le pendant.

Plus d'images




Lieux de présentation



Dans la même série


Copyright © 2016 Laurent Fiévet