Coming out

2012


Coming out - photogramme




Montage vidéo de 06 mn 06.




Le montage de Coming out se structure autour de la dernière séquence de ballet de Sun Valley Serenade (Tu seras mon ami) de H. Bruce Hamberstone qui met en valeur les talents de patineuse de l’actrice et danseuse sur glace norvégienne Sonja Henie. Après avoir montré la jeune femme évoluer seule sur un lac artificiel au rythme d’une musique orchestrale, le montage enchaîne sur un court duo avec un partenaire masculin avant de se conclure sur des scènes de groupes où apparaissent, dans un mélange plutôt curieux, des couples de patineurs en vêtements de bal et des hommes portant des costumes militaires.

Dédoublant figures et éléments de décor, la surface glacée sur laquelle évolue l’ensemble des personnages sert de prétexte à introduire informatiquement dans le montage des jeux de miroir plus artificiels au sein de la composition des plans. Comme déchirés par les carres des patins, les plans se scindent à plusieurs reprises pour engloutir certains motifs de l’image ou y faire apparaître subrepticement de nouveaux éléments. C’est ainsi que Sonja Henie fait surgir son partenaire depuis la pliure centrale d’un plan avant d’y être absorbée à son tour après que ce dernier l’y a attirée insidieusement.

Ces effets d’apparition et de disparition des corps, auxquels renvoie indirectement le titre du montage, accentuent la dimension féérique de la scène. Construits sur un hors champ délimité par l’arrête centrale de l’image, ils dotent la séquence d’une dimension fantastique comme si cette pliure imaginaire permettait aux personnages d’accéder à leurs rêves les plus fous. Les jeux de miroirs contribuent également à remodeler les corps des danseurs pour n’en retenir que certains éléments dynamiques, voire, dans les scènes de duo, les fondre les uns dans les autres et les soumettre à d’étranges métamorphoses.

De manière plus insidieuse, ces effets contribuent à déplacer la perception de la scène originale du film. Au traditionnel duo sur glace qui rassemble des partenaires de sexes opposés, ils permettent en effet de substituer des couples composés de personnages identiques. Les codes romantiques mis à l’œuvre massivement au sein du ballet s’en trouvent ainsi détournés pour introduire dans le montage une réflexion sur l’homosexualité que le titre ‘Coming out’ ne fait que renforcer.

Ce cadre d’interprétation permet d’aborder de manière parodique un certain nombre de clichés associés à ces groupes dits minoritaires (apparence, goûts vestimentaires et culturels, modes de vie, etc). Tout en organisant une valse complexe des partenaires pour mieux favoriser la redistribution des couples, les effets de miroirs contribuent également, dans les jeux de fusion qu’ils mettent en place entre les corps, à déployer une série de figures duelles et ambivalentes qui proposent un équilibre toujours réinventé entre composantes masculines et féminines en hommage à la diversité des catégorisations prônées par les gender studies. En éliminant les corps et en en faisant apparaître d’autres dans un même mouvement, ils célèbrent surtout l’importance de la délivrance que peut revêtir l’affichage au grand jour d’une sexualité après avoir été combattue ou tue de nombreuses années.

Dans ce cadre de lecture, l’apparition des militaires acquiert un sens particulier. Il introduit dans le montage la menace d’une répression toujours à l’œuvre contre l’homosexualité dans de nombreux pays.




Cliquez sur ce lien pour voir la vidéo

Plus d'images




Lieux de présentation



Dans la même série


Copyright © 2016 Laurent Fiévet