Ink Red!

2010


Paris, Galerie Poggi et Bertoux associés




Installation vidéo pour ordinateur de bureau et téléphone portable.
Ordinateur de bureau écran 16/9e, téléphone portable, vernis à ongles ‘London 53’ et ‘Spicy red 146’, correcteur blanc ‘Tipp-Ex’.
Deux montages vidéo de 2 mn 55 et 18 secondes.






L’œuvre se structure autour d’un plan très court de Marnie (Pas de Printemps pour Marnie, Alfred Hitchcock, 1964) où le personnage interprété par Tippi Hedren, engagé comme secrétaire sous l’identité de Mary Taylor, procède à l’examen attentif de registres comptables. Montré sur l‘écran d’un ordinateur de bureau près duquel ont été placés deux bouteilles de vernis à ongles, un correcteur blanc et un téléphone portable (sur lequel est diffusé en boucle un extrait très court du film d’Hitchcock montrant un index glissant sur la page d’un journal où sont imprimées des offres d’emploi), le montage présente alternativement la jeune femme en train de manipuler le bouchon d’une bouteille d’encre rouge, saisir une plume placée sur sa table, consulter un document ouvert devant elle et plonger l’extrémité de sa plume dans le liquide coloré.

Oscillant entre application excessive et fuite de ses responsabilités, une certaine assiduité dans sa tâche et une totale inefficacité à la mener à bien, la jeune femme laisse au spectateur pratiquement aucune prise quant à la compréhension de la démarche qu’elle est en train d’effectuer. La répétition et l’alternance de ses gestes, exécutés dans le montage sans le moindre temps mort, et l’apparente absence de finalité à laquelle ils sont associés n’en déshumanise pas moins l’occupation de la secrétaire, soulignant le caractère absurde et aliénant que peuvent revêtir l’organisation du travail, ses rythmes d’exécution et les séquelles qu’ils engendrent chez les employés concernés.

L’ensemble du montage converge vers une tache d’encre rouge que Marnie/Mary finit, au bout de plusieurs minutes, par renverser sur la manche de son chemisier. Longuement contenue, la couleur finit ainsi par s’imposer à l’image pour mettre brusquement un terme à l’action filmée. Comme dans Marnie, elle acquiert à ce titre une dimension hautement symbolique qui peut prêter à différents types d’interprétations selon l’angle d’analyse adopté (qu’il soit politique, sociologique, psychologique, politique ou plus simplement esthétique).

Le plan hitchcockien propose, sous un mode implicite, une référence à la Dentellière de Vermeer que l’installation détourne en se la réappropriant. En retravaillant les images de Marnie, le montage s’efforce en effet, que ce soit par l’intermédiaire de son rythme soutenu ou les jeux d’allers-retours incessants qu’il met en place entre les différentes composantes du plan, de restituer des dimensions propres au travail de la figure picturale et à la composition de son ouvrage (restant pour le regard du spectateur, au même titre que la compréhension de la tâche engagée par la secrétaire, totalement hors de portée). Sa structure évoque d’ailleurs le mouvement du fil rouge qui glisse hors du coussin de couture représenté au premier plan du tableau de Vermeer, fil dont la couleur annonce l’incident évoqué dans l’extrait et que semble retracer méthodiquement le mouvement de la plume du personnage à force d’être manipulée devant lui.

Induite par le plan présenté sur le téléphone portable qui décrit un glissement incessant entre des petites annonces pour des travaux de couture et proposant des emplois de sécrétaire, la référence explicite ainsi dans le montage la composition progressive d’une trame rouge tissée par la main du personnage hitchcockien. Elle souligne l’existence d’un lien invisible tenant, comme un fil de couture, l’œuvre de bout en bout, avant que son extrémité n’en révèle la présence.

L’œuvre travaille ainsi au redéploiement implicite d’une couleur dont le spectateur ne peut prendre conscience de l’importance qu’à la fin du montage, comme diffusée par une encre invisible que révélerait soudainement un éclairage particulier. A moins que, en prenant appui sur sa connaissance du montage ou son savoir sur le film d’Alfred Hitchcock, le spectateur soit engagé dans un rapport d’attente quant à l’imminence ou la concrétisation de l’incident provoqué et prenne, par là-même, un malin plaisir à l’imaginer ou le devancer.
Ink-redible!



Plus d'images




Lieux de présentation



Dans la même série


Copyright © 2016 Laurent Fiévet